Maroc : Comment réagir devant le tsunami du coronavirus ?

Le Maroc est un pays musulman. C’est à dire que les citoyens respectent un code de valeurs en public comme en privé. Les exceptions restent des exceptions, et le peuple marocain est une seule et même famille toutes confessions confondues. Soyons clair la dessus. A l’heure ou j’écris ces quelques lignes, et depuis que la Chine a confirmé l’émergence et la propagation du coronavirus (2019-nCoV), la région du Wuhan vit en autarcie sanitaire tandis que les expatriés rentrent dans leur pays natal. Bonjour la crise mondiale de l’intox puisque chacun y va du sien dans les réseaux sociaux. Mondialisation oblige, la propagation d’un virus suscite immédiatement l’anxiété à travers la planète.

Bref c’est l’anarchie des news dans ce domaine. Le Maroc, comme tout bon pays musulman qui se respecte, se doit de donner l ‘ exemple à suivre en matière de communication. Eviter de semer la panique via Watsapp et via Facebook essentiellement. C’est aussi valeureux aux yeux de la sunna que de savoir taire les défauts de l’humain et de  ce bas monde. Le messager de Dieu dit  » Que celui en Dieu et au Jour Dernier dise du bien ou qu’il se taise! « .

Au Maroc en tous cas c’est un seul et même corps. Si une petite partie est touchée nous sommes tous touchés. Chacun doit aider, comme il peut, son pays durant cette épreuve inattendue et traversée par nos enfants aussi.

Donnons de l’espoir, soyons forts et solidaires. Aujourd’hui on a la possibilité de sauver des vies avec des bonnes recommandations et de refuser de partager à tout va des intox. Ici on a la foi en Dieu pour se battre pour une meilleure vie de la communauté. Et non pour diffuser des images sordides et la panique vaine et stérile.

Si le virus est entré chez nous, nous allons nous armer par la présence Dieu dans notre cœur. Nous allons nous instruire sur cette maladie et transmettre des recommandations jugées positives et vraies à ceux qui n’ont pas cette chance de lire et de comprendre par l’écriture. Nous marocains, sommes unis par cette même ferveur qui nous rassemble dans les priéres tarawih du ramadan.

Soyons de ceux qui donnent l’espoir et la foi en Dieu et non de ceux qui sont déchirés par le désespoir gratuit.

Le pays traverse en effet un moment crucial de son développement humain, qui seront ses fidèles serviteurs à la véritable et noble cause humanitaire ? parce que les réseaux sociaux amplifient, déforment et créent de la post-vérité il est nécessaire d’agir en amont. Le manque d’informations et de communication transforment les craintes des publics en vexation, puis en violence … 

Aujourd’hui plus que jamais, chacun aura prendre sa décision personnelle. Contribuer à pacifier et à apaiser  les êtres humains ou semer la zizanie et la discorde entre ses propres concitoyens. Car c’est bien cela qu’il s’agit.

Le Maroc et le Sénégal sont les deux derniers pays à avoir signalé sur leur sol des cas de coronavirus au moment où la panique et l’inquiétude s’installent de plus en plus en témoignent les réactions sur les réseaux sociaux. Malgré les craintes, les pays africains tentent de se doter de moyens de lutte et de détection de la maladie. Mais l’Afrique peut-elle faire face à la maladie ? Un premier élément de réponse se trouve dans la dernière déclaration de la directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé pour l’Afrique. Elle souligne qu’elle s’attend à ce que tous les pays d’Afrique subsaharienne soient en mesure de tester le coronavirus « d’ici quelques semaines ».

Le véritable démon à combattre dans cette lutte mondiale est la rumeur. Le messager de Dieu dit  » Imaginez le meilleur, il viendra à vous ». Nous sommes en plein dans le moi de Rajab. Mois de priére et de méditation spirituelle.

Nous avons le devoir spirituel et humain de venir en aide à notre prochain quelqu’il soit et au pays dans lequel on vit.Ne serait ce que par de petites paroles qui donnent une nouvelle foi en Dieu.

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا خُذُوا حِذْرَكُمْ

O Croyant prenez vos précautions

Nasrallah Belkhayate

 

Laisser une réponse