Souffle de la Tareka Karkarya

Le monde a besoin d’éducateurs spirituels. On le voit tous les jours dans les réseaux sociaux. Ou se cachent les valeurs humaines de l’ Andalousie ? La jeunesse a perdu ses repères. En Afrique encore plus. Et c’est là à mon avis une belle et  grande urgence.

J’aime voyager et parcourir les contrées de mon pays le Maroc. J’aime visiter les confréries soufies. Ce parfum de sainteté et d’authenticité m’enivre. Depuis toujours des chants sacrés et de lecture du saint coran embaument les quatre coins du royaume. Le soufisme c’est l’islam dans son souffle intérieur. On communique avec Dieu. On le sent. On s’oublie. On y danse de joie comme d’autres danseraient pour un mariage… La paix et le bonheur sont les premiers fruits de ce type d’ école hélas oublié de nos jours par les valeurs de  la pédagogie moderne. Puisque c’est bien d’une école qu’ il s’agit.

Voilà que le hasard de mes curiosités m’entraîne à Al Aroui. Une ville située au nord-est du Maroc, dans le Rif, à 22 km au sud de Nador. Une nouvelle zaouia se dresse dans un petit coin de la ville. C’est la confrérie Karkarya qui se rattache au Pôle et  Saint Patron du soufisme Maghribi, Moulay Abdsalam Benmachich ( Dieu sanctifie son Secret). Je suis invité à m’asseoir dans la grande salle de prière. Le Sheikh Sidi Mohamed Fouzi ( Dieu sanctifie son Secret) , la quarantaine bien portée et originaire de la région, ne tarde pas à faire son entrée. Au milieu de disciples totalement dévoués à la lumière de cet étrange sentiment de Sayiduna Muhammad ﷺ . Des intellectuels, des  journalistes et écrivains français, des savants du Yémen, Egypte, de Guelimine …du Maroc et d’autres pays d ‘Afrique, du reste du monde. Toute la journée a été admirablement orchestrée au rythme de la culture de cette nouvelle foi. Les disciples sont effacés et se recueillent en douceur dans une totale confiance. Je suis impressionné par autant de détachement. On ne parle ni de politique ni de religion ni de matérialisme. Ici c’est la maison de la spiritualité ! C’est l’image du prophète  Sayiduna Muhammad ﷺ qui remplit les cœurs !

Après la prière du Maghreb le Maître soufi prend la parole. Il explique que pour suivre le modèle du Messager de Dieu, Sayiduna Muhammad ﷺ, il faudra au préalable comprendre la lumière de l’esprit prophétique. Ses mots coulent de source. Son regard est clairvoyant. Ses gestes sont naturels. La sagesse comme une belle lune éclaire tous les visages. Un sentiment de plénitude plane dans les âmes des chercheurs de la vérité.

Un tel centre soufi a un impact indéniable d’échange culturel pour toute la région. Ces étrangers venus de partout transmettent et échangent avec les  locaux, diversité culturelle oblige. D’autres investissent et achètent des terrains ou logements en vue d’être juste aux cotés de la Zaouia. Les disciples de la région bénéficient au fur et à mesure de cette opportunité dans une terre qui mérite bien qu’on lui bitume ses pistes. Une terre qui promet. On y  apprend le coran, la tradition du Prophète, Sayiduna Muhammad ﷺ ( sur lui paix et salut ), les langues étrangères, le savoir vivre, le patriotisme, les valeurs humaines universelles,  du respect de son prochain quelque soit sa confession, la gastronomie marocaine, le thé…Et la patience.

Je reprends mon chemin à la grâce de tous ces hommes et femmes qui dans l’ombre prient nuit et jour pour la paix dans le monde. Ainsi soit-il !

 

Enseignement de la Tareka Karkarya

Louange à Allah, la Lumière des cieux et de la terre, Lui, le Bienfaiteur et que les prières et bénédictions soient sur notre bien-aimé, Sayiduna Muhammad ﷺ, le porte-étendard de la louange au jour du jugement dernier et que le salut soit sur sa famille et ses compagnons.

La Tariqa Karkariya, Voie de l’éducation spirituelle, a pour objectif de faire parvenir le serviteur à la station de l’Ihsan pour qu’il puisse alors se réaliser dans l’adoration et la vision : « Que tu adores Allah comme si tu le voyais » [Sahih al-Bukhari], dans le cheminement (suluk) et la connaissance divine (ma’rifa) jusqu’à ce que toute sa vie soit uniquement pour Allah (lilah), le Seigneur des Univers… et c’est pourquoi le suivi du Coran et de la Sunnah en tout moment est une condition sine qua non pour le cheminant. Car nous croyons fermement que derrière chaque loi de la Sha’ria se trouve une secret spirituel et une Lumière permettant le retour du serviteur à son Seigneur et permettant également d’oublier tout autre que Lui.

Cependant, ceci n’est possible que par le suivi d’un Shaykh éducateur qui prescrira le remède approprié à chaque cheminant… conformément à la parole d’Allah ﷻ : « Le Miséricordieux, interroge donc quelqu’un de bien informé sur Lui (expert = khabîr) » [Sourate al Fourqân, verset 59]. Ainsi, le cheminant entrera dans l’adoration d’Allah ﷻ par l’esprit et non pas par la nafs ; sa nafs se verra purifié et il sera paré des nobles caractères, son désir pour le divin augmentera et il se rapprochera du Créateur.

La Tariqa Karkariya est une voie dans laquelle flue la Lumière Muhammedienne et ceci est la preuve de l’authenticité de sa chaîne de transmission liant de ce fait les pieux prédécesseurs (salaf) aux hommes de notre temps. La chaîne de transmission de cette voie remonte au Bien-Aimé, sayiduna Muhammad ﷺ passant entre autre par l’imam Abu Hassan ash-Shadhili (qu’Allâh l’agrée). La chaîne de transmission est une spécificité propre à cette communauté bénie… En effet, l’imam Abd Allah ibn al-Mubarak a déclaré : « La chaîne de transmission (Isnad) fait partie de la religion et s’il n’y avait pas l’Isnad, chacun dirait ce qu’il veut ».

Et parmi les signe de la validité d’une chaîne de transmission dans le cheminement vers Allah, le fait qu’en elle se trouve la Lumière Muhammedienne. Toute personne se liant à ce type de chaîne de transmission obtient l’aide constante du Seigneur ainsi que la vision de sa Lumière… quand à la chaîne dénué de Lumière, elle permet de tirer bénédictions sans toutefois l’éducation spirituelle.

En plus de cela, la spécificité de la Tariqa Karkariya réside aussi dans le suivi de la Sunnah par les paroles (aqwal), les actes (af’al) et les états (ahwal), ainsi que dans le fait d’obtenir l’ouverture spirituelle (fath) rapidement. En effet, dans cette voie, l’aspirant obtient rapidement l’ouverture spirituelle et ceci uniquement par la Grâce d’Allah. Le début de cette voie bénie est disparition dans la Lumière du Bien-Aimé afin de connaître le sens du Tawhid al-Jam’ et sa fin n’est autre que la connaissance du Nom Suprême d’Allah (Ism Allah al-A’dham).

Le cheminement s’y fait entre le ravissement (jadhb) et le cheminement (suluk), entre l’extinction (fana) et la subsistance (baqa) de sorte que l’aspirant soit en même temps en état d’extinction et dans la subsistance (baqa). L’élévation dans cette voie est sans fin car il s’agit de l’élévation dans les différents degrés du Ism al-Jami’. Cette voie réunit plusieurs écoles et chacun des aspirants trouve en elle une source dans laquelle il pourra étancher sa soif car il s’agit de la voie de la vision directe. Le Shaykh Sidi Mohamed Fawzi al-Karkari (qu’Allâh sanctifie son secret) dit à ce sujet : « Notre Tariqa est la Tariqa de la vision à l’état d’eveil, celui qui ne voit pas, je ne suis pas son Shaykh et il n’est pas mon disciple ».

Cependant, le plus grand but de cette voie est de faire parvenir les gens à Allah et de réaliser Sa Connaissance à travers la vision directe, ainsi que de promouvoir l’amour et la paix entre les hommes. Cette voie est donc un appel pour réconcilier la créature au Créateur. Son dessein est également de libérer l’aspirant des chaînes de la passion et de l’égo (nafs)… mais tout cela n’est possible que si l’aspirant applique à lui-même la règle fondamentale de cette Tariqa qui est : « Rabaisse ta personne et élève celle d’autrui ». Celui qui déconsidérera son être, celui qui verra son prochain comme étant parfait, celui-là, ses méfaits diminueront, ses bienfaits augmenteront et sa Lumière s’intensifiera.

Source : https://karkariya.fr/

Laisser une réponse