Plaidoyer pour la protection du patrimoine culturel soufi

 

Le patrimoine culturel soufi doit être protégé contre les menaces auxquelles il se trouve « de plus en plus » soumis à travers le monde, a indiqué, samedi à Dakar, le Marocain Chérif Sidi Brahim Tidjani, président de la huitième édition du colloque international sur la Tijaniya et les défis du XXIème siècle (21-22 mars), ouvert le même jour dans la capitale sénégalaise.

« Le patrimoine culturel soufi est de plus en plus menacé de destruction, non seulement par les causes traditionnelles de dégradation mais aussi par le terrorisme extrémiste, l’évolution de la vie sociale et économique qui pousse à des phénomènes d’altération ou de destruction encore plus redoutables », a-t-il dit.

Chérif Sidi Brahim Tidjani intervenait à l’ouverture du colloque dont il est le président, en présence du co-président de cette rencontre, le philosophe Souleymane Bachir Diagne, et de l’historien sénégalais Iba Der Thiam.

« Il me semble qu’il est extrêmement urgent de protéger le patrimoine de la Tidjaniya qui est divisée en 3 parties : le patrimoine écrit (manuscrits, livres), le patrimoine oral (Qasida et Saamaa) et enfin le patrimoine architectural (Zawias et mausolées tijani) », a précisé Chérif Sidi Brahim Tidjani.

Cela nécessite selon lui « le renforcement de l’implication des gouvernements et autres organismes pour la conservation de notre patrimoine ».

« Nous avons beaucoup d’expérience très réussies dans ce domaine comme le programme de réhabilitation et de restauration des lieux de cultes notamment de la grande Zawias Tijaniya et de la demeure de Sheikh Sidi Ahmed Tidjani au royaume chérifien à Fez », au Maroc, a expliqué M. Tidjani, expert en soufisme authentique et contemporain.

Chérif Sidi Brahim Tidjani est également le fondateur de Cercle et Souffles (MCS), un mouvement spirituel et solidaire dédié au soufisme et lié à la Tijania

APS

Laisser une réponse