L’Héritage musulman à Séville

Séville fut la capitale d’Al-Andhaluz entre l’an 713 et l’an 718. Elle est essentiellement peuplée d’Arabes en provenance du Yémen. C’était une cité en perpétuel conflit contre l’autorité des émirs de Cordoue. À la suite du pillage par les Vikings en 844, Abd Al-Rahman II prenait l’initiative de reconstruire la ville, par la fondation d’une mosquée, d’un arsenal, d’un souk et d’un grand ensemble de tours et de murailles. Cette mosquée fut agrandie par les Almohades et renferme la Giralda.

Ces nouvelles constructions permettaient à Séville de reprendre sa puissance. Son gouverneur bénéficiait d’un pouvoir comparable à celui de l’émir de Cordoue. Il avait sa propre armée et ne versait aucun impôt au pouvoir central. Une fois Abd Al-Rahman III au pouvoir, la culture des olives, de l’agriculture et du coton se développa rapidement. Au XIe siècle, Séville fêtait son apogée à l’époque de taïfas et finissait même par gagner Cordoue en imposant le royaume des Almohades.

Grâce à une ouverture sur la mer, Séville devint l’un des plus importants ports d’Espagne. Elle servait d’un point de départ des marchandises à exporter vers Alexandrie.

Le patrimoine musulman de la ville

Les monuments musulmans de Séville retracent aujourd’hui la prestigieuse histoire d’Al-Andhaluz. La ville montre son héritage arabe, de l’ambiance au rythme de vie, en passant par l’architecture.

Les maisons typiques andalouses et les patios sont les plus marquants de cette civilisation musulmane. Fermées sur l’extérieur, les maisons se tournent vers le ciel grâce au patio. La cour centrale devient le cœur de la maison et de la vie familiale. Contrairement à d’autres villes espagnoles, Séville dispose d’un grand nombre de riads ouvert sur l’extérieur ou sur la rue par une cancela ou une grille en fer forgé. Les azulejos sont également des décorations typiques des habitations sévillanes.

La cathédrale Sainte-Marie de Séville est incontournable, lorsque l’on veut connaître l’histoire de l’Andalousie arabe. Cette cathédrale fut bâtie sur ordre du chapitre en1402 sur l’emplacement de l’ancienne grande mosquée almohade, en raison de l’état de ce temple musulman fragilisé par le séisme en 1356.

Néanmoins, elle garde une partie de la cour des ablutions et la Giralda, ancien minaret symbolisant la ville et emblème de l’architecture almohade dans le pays. C’est un des importants sanctuaires de la Chrétienté, à l’architecture gothique tardive. Son édifice a par la suite accueilli plusieurs bâtiments annexes de différents registres. Depuis 1987, elle a été inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Accueil

Laisser une réponse