Discours de Nasrallah Belkhayate lors de la 12 iéme Conférence de la Fondation Trophée de l’Africanité

Excellences, Mesdames, Messieurs, 

C’est pour moi un grand plaisir de vous accueillir au Palais Impérial du Sofitel Marrakech pour un échange d’idées  sur  le  thème de la 12 iéme Conférence de la FONDATION TROPHEE DE L’AFRICANITE :  « Diplomatie Culturelle levier du développement humain en Afrique». La diplomatie Culturelle  constitue  en  effet  actuellement  un  objectif  prioritaire  pour l’Afrique, et je tiens à remercier à cette occasion  la présence de tous nos invités qui ont accepté de faire le déplacement pour être parmi nous ce soir,  soutenant ainsi les efforts déployés dans ce sens par la Fondation  Je voudrais rappeler que la Fondation a  accueilli avec enthousiasme et récompensé en quelques années plus d’une centaine de personnalités qui par une action clairement citée contribue au développement  humain et social en Afrique. Des chefs d’états, des organismes internationaux, des ministres, des ambassadeurs, des diplomates, des décideurs et des citoyens qui œuvrent tout simplement pour le bonheur des peuples africains. Cette même Fondation   ambitionne grâce à ses  partenaires de  se  donner  les  moyens  de  parler  d’une  seule  et même voix  à travers ses beaux livres  » Livre de Prestige  » pour  encourager  et faire connaitre à la fois les régions du Maroc et   les  initiatives  contribuant au  développement  de notre  continent  africain.

Philippe Lane, un professeur universitaire français a écrit  » La puissance d’un Etat, ,  sur l’échiquier international ne se mesure-t-elle plus uniquement à la force de son économie, de son pouvoir politique, militaire et stratégique ou à la place occupée dans les instituts de gouvernance mondiale, mais repose également sur sa force de séduction et sur l’influence de ses idées, de ses savoirs et de sa culture sur les autres sociétés. »   la diplomatie culturelle n’est plus aujourd’hui du ressort exclusif des pouvoirs publics. D’autres acteurs, tels que les associations, fondations, institutions culturelles et artistiques, monde universitaire qui par la diversité de leurs compétences et stratégies ont désormais une grande influence dans le rapprochement des cultures des peuples de l ‘humanité et des changements au coeur de leurs propres sociétés.

Excellences, Mesdames Messieurs
Je suis heureux d’être parmi vous ce soir.

Au Maroc, la diplomatie culturelle joue un rôle central et permet d’envoyer l’image d’un pays ouvert à la modernité tout en gardant préservant les valeurs de son authenticité. Pour ne citer qu’un exemple le Conseiller de SM le Roi, André Azoulay, l’un des porte-étendard de la diplomatie culturelle marocaine pour qui   »la culture n’est pas qu’un simple objectif politique, mais un espace de résistance à la régression, un antidote à tous les vents mauvais » a montré au monde entier comment Essaouira  une simple ville anodine  peut devenir la ville de la Musique des GNAOUAS reconnue dans les 4 coins de la Planéte. La recette est simple. Une politique de développement à partir du patrimoine culturel et artistique de la ville qui émerge grâce à la  promotion du métissage des cultures et des religions. Aujourd’hui, la ville accueille huit festivals et attire près de 400.000 personnes le temps d’un week-end. Dans la médina et la ville , les riads et hôtels abritent désormais toute l’année un flot continu de touristes et de nouveaux investisseurs.

Excellences, Mesdames, Messieurs,

Au Maroc, terre des festivals et moussem,  on sait que rien de grand ne se fait sans culture : cela est valable aussi pour notre diplomatie. Pour le Maroc et pour notre action à l ‘étranger, la culture constitue un atout majeur que les marocains savent, avec un talent hors du commun,  mettre en valeur. Tout en faisant prévaloir dans ce domaine notre authenticité, loin de toute posture individualiste et aculturelle. Le rayonnement de la culture marocaine repose depuis toujours sur sa légendaire hospitalité à l’égard des cultures étrangères.

Pour Marrakech en tous cas, l’un de ses secrets andalous est d’avoir su très tôt faire rayonner sa culture en parfaite symbiose avec celle des autres. Ca c’est aussi un prolongement naturel et historique de la diplomatie spirituelle marocaine. Les réalités sont là. La réalité géographique, la réalité historique, la réalité culturelle vont dans ce sens, et plaident en faveur de cette fameuse et indispensable unité. Il y a un intérêt commun des peuples de cette région à travailler ensemble. On le voit aujourd’hui avec l’activité de la diplomatie marocaine en direction de l’Afrique, avec les voyages du roi dans un certain nombre de pays. Les accords et les contrats signés, avec des pays comme le Niger, le Burkina Faso, le Sénégal, l’Espagne  sont des étapes importantes de cette ouverture du Maroc vers l’Afrique. L’Afrique a besoin de traits d’union avant tout culturels. Elle a besoin d’acteurs qui permettent de tisser des liens, y compris, bien sûr, dans cette proximité que constitue le Maghreb et l ‘Occident, où des perspectives importantes sont bel et bien en marche pour l’avenir.
L’Afrique est le premier bénéficiaire des investissements directs marocains grâce au développement des partenariats et l’implication royale en faveur du développement du continent. Depuis l’an 2000, le Maroc a conclu, dans différents domaines de coopération près d’un millier d’accords avec les pays africains. Aujourd’hui, plus de 80% des investissements du royaume sont destinés aux pays du continent.Le résultat est là. La valeur cumulée des investissements directs marocains sur le continent a atteint 37 milliards de dirhams entre 2013 et 2017 grâce à un développement remarquable des partenariats socio culturels. Une sacrée offensive qui a fini par faire du Maroc un   hub continental  pour de nombreux États étrangers  qui souhaitent se positionner sur le marché africain.
Excellences, Mesdames, Messieurs,
J’appartiens à une génération qui, à partir du Maroc et de l’étranger , a su mettre sa spiritualité au service du respect d’autrui, de la solidarité interculturelle, du bon citoyen du monde et de la dignité reconnue à chacun. La diaspora africaine est très active à l ‘étranger sur le plan culturel. D’excellents ambassadeurs ils donnent une très belle image de l ‘autre Afrique.
Je cite à ce propos  un extrait particulièrement significatif et combien exaltant du préambule de la nouvelle Constitution dont le Maroc s’est doté en 2011 :
« État musulman souverain, attaché à son unité nationale et à son intégrité territoriale, le Royaume du Maroc entend préserver, dans sa plénitude et sa diversité, son identité nationale une et indivisible. Son unité, forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassani, s’est nourrie et enrichie de ses affluents africain, andalou, hébraïque et méditerranéen. La prééminence accordée à la religion musulmane dans ce référentiel national va de pair avec l’attachement du peuple marocain aux valeurs d’ouverture, de modération, de tolérance et de dialogue pour la compréhension mutuelle entre toutes les cultures et les civilisations du monde ».. Fin de citation;La diplomatie culturelle c’est aussi la réconciliation de l ‘Afrique avec ses enfants visionnaires d’ ici et d’ ailleurs. Il s’agit de récupérer son authenticité en mal de reconnaissance. Nos jeunes ont besoin de repères, d’ exemples. Or, nous sommes dans une société où, malheureusement, ces exemples font parfois défaut ou nous ne les connaissons pas. La presse et les réseaux sociaux  ont un formidable travail à faire sur ce terrain : Permettre à chacun de découvrir nos pionniers ou qu’ils soient dans les secteurs économique, social, culturel… Et Dieu sait combien ils sont. Les nombreuses femmes  grandes actrices du développement économique émergent aussi de plus en plus . Force pour nous de les reconnaître et de les citer en modèle pour leur permettre de  se multiplier. Nous pouvons accepter, les uns et les autres – et c’est la l’une des grandes passions de ma vie – de prendre du temps pour récompenser et partager nos expériences grâce au pouvoir actuel de la nouvelle technologie. Il faut montrer à nos jeunes la puissance de la foi et de la fierté de  l’identité  africaine et la répéter sans cesse. Comment chaque homme, chaque femme réussit. Semons dans l’esprit de nos jeunes des images qui favorisent le succès. Telle est la dignité de tout un citoyen. Et s’il faut que le Maroc soit en tête de locomotive pour tirer vers le haut le leadership africain, il y est déjà !Excellences, Mesdames, Messieurs

Comme vous le savez audela de  cet engagement  du Royaume pour l’Afrique, l’aura spirituelle de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en Sa qualité de Commandeur des croyants et de descendant du Prophète, est ressenti et vécue dans beaucoup de pays du continent comme une des grandes réalités de l ‘ Islam actuel modéré et tolérant. La création de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains à Fès  est une vibrante et  parfaite illustration de la diplomatie spirituelle, du leadership spirituel du Royaume en Afrique.  Cette initiative royale,  est le miroir réel et concret de cette vision claire, lucide et déterminé pour faire face  aux menaces de l ‘extrémisme et de la méconnaissance de l ‘islam.

Marrakech a un devoir de mémoire et une obligation de cohérence quand elle fait référence à l’héritage andalou. Nous sommes aujourd’hui collectivement confrontés à une profonde crise identitaire et spirituelle qui impose à chacun d’entre nous une conscientisation personnelle d’abord et une résistance bien bâtie pour faire échec et mat aux prétendants de la fracture culturelle et au refus de l’art de vivre ensemble. Tous les marocains et marocaines qui sont partis partout en Afrique sont fiers de contribuer au co développement culturel et socio économique. Ils sont de parfaits ambassadeurs. Ils partagent le thé, le tagine, la culture et la force de foi dans ce qu’ils entreprennent. Le tagine est un symbole pour nous marocain  de cette seconde nature du partage. Et les africains au Maroc nous transmettent exactement les mêmes choses au   couleur de leurs spécialité respectives. L’Afrique est bien partie.  Je cite enfin à ce propos  un deuxiéme Extrait du Message Royal à la 1ère Conférence des Ambassadeurs (30 août 2013)
 » Quant à la diplomatie culturelle, il importe de lui accorder l’appui et l’encouragement qu’elle mérite, notamment la mise en place de maisons du Maroc, de centres et de services culturels à l’étranger. Il importe également d’intensifier les activités artistiques, d’organiser des foires et des expositions, de faire connaître le patrimoine civilisationnel et culturel du Maroc, pour en accroitre le rayonnement à l’étranger et de mettre en relief son identité unifiée, authentique, riche et plurielle. Conscient des moyens limités disponibles, et afin de concrétiser les résultats escomptés en la matière, Nous préconisons le déploiement des différents types de coopération et de partenariat avec tous les acteurs concernés. » Fin de citation.
Je vous remercie.
Laisser une réponse

Categories
WordPress Event Theme
Latest Events
21 décembre 2018